Un toit plat est un toit horizontal ou quasi-horizontal ayant une légère pente d’environ 5% ou moins qui facilitera l’écoulement des eaux.

Traditionnellement, les toits plats étaient tout simplement recouverts de bitume et de gravier et étaient performants à condition d’avoir un bon écoulement des eaux de pluie, rendu possible par la légère pente mentionnée ci-dessus.

Aujourd’hui, il existe différents types de toits plats et de nombreux matériaux peuvent entrer dans leur composition. Décryptage.

Les différents types de toits plats

On discerne trois types de toit plat : les toitures froides, les toitures chaudes et les toitures inversées. Ces trois toitures spécifiques sont décrites en détail ci-dessous :

Toiture froide

Il s’agit d’une toiture plate où l’isolant est situé sous le support de l’étanchéité, sous la structure portante. Une lame d’air ventilée est interposée entre la toiture proprement dite et l’isolant.

IMG

Ce dispositif permet une ventilation de l’air de l’extérieur vers l’intérieur, ce qui peut causer générer de la vapeur d’eau et, à terme, des problèmes d’étanchéité. La vapeur d’eau, ne pouvant s’évacuer vers l’extérieur, peut endommager votre toiture ou vos matériaux d’isolation.

La construction peut également être sujette à d’importantes tensions thermiques qui peuvent causer des fissures à la jonction avec les murs.

Les toits plats de type toiture froide sont quasiment abandonnés aujourd’hui : aussi il faudra se méfier d’éventuels “professionnels” qui préconiseraient cette solution, car elle est rapide à mettre en place et “économique” sur le papier…

Toiture chaude

Dans ce type de toiture, on commence par installer un pare-vapeur au-dessus de la structure portante, contrairement à le placer sous la structure portante dans le cas d’une toiture froide.

Sur ce pare-vapeur, on place l’isolant : généralement, il s’agit de panneaux synthétiques ou de laine minérale.

IMG

On termine avec la couverture du toit. La structure portante du bâtiment est ainsi plus résistante aux chocs thermiques et ne pose pas de problème de condensation. La température de la maison étant suffisamment élevée, la vapeur ne se condensera pas contre le pare-vapeur car celui-ci est placé du côté chaud de cet assemblage.

L’isolant protège le plancher de la toiture, réduisant ainsi les écarts de température qui pourraient augmenter les risques de fissurations.

En règle générale, le coût de la toiture chaude est quasiment identique à celle d’une toiture froide, et moindre que celui d’une toiture inversée. Cependant, la toiture chaude s’avère également plus vulnérable à la dégradation mécanique.

La toiture chaude est adaptée à de nombreux cas et reste un des “best-sellers” du secteur.

Toiture inversée

Dans ce cas-ci, la couche isolante est placée sur la couverture du toit, à condition toutefois que celle-ci soit encore en très bon état.

L’isolant étant ainsi soumis à des conditions climatiques humides, on utilisera du polystyrène expansé ou extrudé. Pour protéger l’isolant on terminera avec une couche de gravier ou par la mise en place d’une toiture dite « verte ».

IMG

Il faudra s’assurer de l’étanchéité des raccords entre les panneaux et entre les panneaux et les murs.

Comportant moins de couches, elle est plus simple qu’une toiture chaude et le danger de condensation est minime. Toutefois, sa structure est plus lourde et nécessite une plus grande épaisseur d’isolation que pour une toiture chaude. Notons enfin que la toiture inversée est généralement plus coûteuse qu’une toiture chaude.

Les avantages des toits plats

Les toits plats modernes utilisent une membrane ininterrompue plus résistante aux accumulations d’eau. Cette membrane peut également être appliquée en lanières et on appliquera un adhésif et un scellant sur les parties qui se chevauchent. Leur durée de vie est d’environ 15 à 20 ans.

Une autre option pour les toits plats, celle-ci beaucoup plus coûteuse, consiste à les fabriquer en métal, par exemple le cuivre ou le zinc. Les joints seront alors soudés ensemble pour assurer l’étanchéité.

On retrouve principalement les toits plats dans les bâtiments industriels et commerciaux ainsi que les immeubles d’habitation car ils nécessitent une charpente simple et moins coûteuse que celle conçue pour les toitures à pente. Les toits plats sont plus rares pour les maisons individuelles mais certaines régions moins soumises aux pluies et aux intempéries d’hiver comptent un nombre élevé de ce genre de toiture. Malgré que le toit en pente soit plus esthétique, le toit plat a la capacité de résister à une charge plus élevée qu’un toit à pente car la pression d’un toit plat est répartie sur l’ensemble de la structure alors que dans un toit en pente, la pression pousse sur les murs extérieurs.

Les inconvénients des toits plats

Toutefois, les toits plats de ce type ont tendance à s’affaisser avec le temps, et, notamment dans les régions plus froides, ces surfaces s’avèrent problématiques lorsque les accumulations de glace nuisent à l’évacuation des eaux. D’autres problèmes reliés aux toits plats, sont le manque d’isolation, les chocs thermiques, les infiltrations d’eau, les problèmes de condensation et par conséquent de moisissures.

Un autre problème inhérent aux toits plats, est l’étanchéité mais les matériaux et techniques d’installation se sont grandement améliorées avec les années. Là encore, il faut s’assurer que le maître d’œuvre est spécialisé dans ce type d’ouvrage est la moindre des choses. Une installation inadéquate peut être corrigée dans le cas d’un toit en pente mais c’est nettement plus compliqué dans le cas d’un toit plat.