isolation du toit

Isolation toiture

Imaginez le scénario suivant : Vous êtes dans votre maison, vous ouvrez une fenêtre et vous lancez au dehors les billets de banque contenus dans votre portefeuille. Vous retournez à la banque, vous regarnissez votre portefeuille, vous retournez chez vous et vous recommencez le scénario. Complètement loufoque! Mais ne pas isoler sa maison et sa toiture est l’équivalent de lancer de l’argent par les fenêtres. Et en ces temps où l’énergie coûte de plus en plus cher, l’isolation thermique vaut son pesant d’or.

Devis isolation du toit

Et poussons l’absurdité encore plus loin : vous aimez le camping et dormir au son des oiseaux de nuit et vous réveiller au son de leur confrères de jour. Mais aimeriez vous dormir au son brutal des autos, des motos, des avions, de la musique des ados du voisin ? Parions que non! L’isolation phonique vaut également son pesant d’or, pour ne pas dire son pesant dort !

Isolation thermique

L’isolation thermique permet de garder la chaleur à l’intérieur en hiver et de maintenir la fraîcheur intérieure lors des journées torrides d’été quand le soleil frappe impitoyablement la toiture. Les isolants thermiques sont constitués de substances légères qui emprisonnent l’air dans de minuscules bulles. Un bon isolant doit être résistant à l’humidité, avoir une durée de vie élevée, être incombustible, avoir la capacité de combler les cavités complètement et uniformément et bien sûr, résister à la transmission de la chaleur.

La résistance thermique des matériaux est représenté par la lettre R. Plus un indice R est haut, plus la valeur isolante du matériau est élevée. La zone climatique et le degré de résistance thermique souhaitée détermineront le type et l’épaisseur des matériaux à utiliser. En se servant des coefficients R des produits, on peut facilement calculer l’épaisseur nécessaire pour isoler un toit ou toute autre partie de la maison.

Une nouvelle réglementation thermique, RT 2005, impose dorénavant des normes plus strictes au niveau de l’isolation thermique. Cette réglementation divise la France en huit zones, chacune dotée d’un coefficient climatique (CEP) qui définit les températures minimales en périodes froides. Ainsi l’isolation des nouvelles maisons sera adaptée au climat.

Il faut tenir compte des coûts de l’isolation thermique. Le coût par valeur RSI est plus élevé pour les panneaux rigides que pour l’isolant en nattes ou rouleaux ou en vrac. Toutefois il faut considérer les coûts de la main d’œuvre reliés à l’installation de l’isolant. Bref, il n’est pas facile de comparer les différents matériaux car il faut tenir compte de leur coût global.

D’autres aspects à considérer :

  • La facilité de la pose
  • Est-il facilement disponible ?
  • Est-ce le bon choix de matériau pour combler les vides irréguliers ?
  • Doit-il être protégé s’il est inflammable?
  • Nécessite-t-il un pare-vapeur ?
  • Nécessite-t-il un pare-air ?
  • Résiste-t-il à l’humidité ?
  • Résiste-t-il à la pression des autres matériaux de construction ?
  • Nécessite-t-il une installation coûteuse par des professionnels ?
  • Résiste-t-il aux mouvements de l’air ?

On peut les classer les isolants en trois grandes catégories :


1- PANNEAUX RIGIDES Polystyrène extrudé
Polystyrène expansé
Polyuréthane
Fibre de verre
2- NATTES ET ROULEAUX Laine de roche
Laine de verre
3- ISOLANT EN VRAC Polystyrène
Fibre cellulosique
Fibre de verre
Laine minérale
Vermiculite

Isolant en panneaux rigides

Fabriqué à partir de mousse plastique ou de fibre de verre, il possède une valeur isolante élevée par unité d'épaisseur. Les panneaux sont faciles à tailler lorsqu’il s’agit de formes régulières et leur légèreté facilite grandement leur manipulation. Les panneaux de polystyrène sont un bon produit pour les endroits humides mais sont inflammables et doivent être recouverts d’un parement ignifuge. Toutefois si on considère son coût vrac par valeur RSI, il est plus élevé que celui des isolants en nattes, en rouleau

Isolant en nattes ou en rouleau

Ces produits sont surtout utilisés dans les constructions neuves et dans les endroits ouverts tels que les planchers de comble non-finis. Il offre un bon rapport qualité prix. Du point de vue installation, il peut facilement être taillé pour bien s’adapter aux vides de formes irrégulières. Toutefois, lors de la pose, ce type d’isolant peut causer des réactions allergiques du type cutané ou respiratoire, et on doit se munir de vêtements protecteurs et autres équipements de sécurité.

Isolant en vrac

L’isolant en vrac disponible en sacs est facile à appliquer. Dans les combles non-finis, il peut être étendu entre les solives à l’aide d’un râteau. Il a l’avantage de pouvoir rejoindre des endroits difficiles d’accès. Ainsi il peut réduire les fuites d’air. Il peut également être soufflé ou injecté avec un équipement conçu à ces fins. Il convient mieux aux espaces horizontaux car il a une propension à se compacter lorsque utilisé dans des espaces verticaux. À l’instar de l’isolant en nattes ou en rouleau, lors de la pose, l’isolant en vrac peut causer des réactions allergiques du type cutané ou respiratoire, et on doit se munir de vêtements protecteurs et autres équipements de sécurité.

Autres isolants

Les isolants de type naturel ou écologique, ont commencé à réclamer leur part du marché. On y trouve entre autres, la laine de mouton, la laine de lin, le chanvre, le coton, la laine de bois, la plume, la paille. Ces isolants étant peu disponibles contrairement aux matériaux classiques que l’on retrouve dans les magasins de matériaux et les centres de rénovation, ils restent onéreux. Par contre, certains matériaux traditionnels comme la laine minérale ont été jugés cancérigènes tandis que d’autres peuvent dégager des produits toxiques tels le benzène. Il appartient au propriétaire de la maison de juger s’il doit favoriser sa santé ou son argent.

Pare-vapeur

L’ajout d’un pare-vapeur est indispensable dans l’utilisation des isolants, en empêchant les problèmes de condensation dans la toiture. Le pare-vapeur doit toujours être installé du côté chaud de l’isolant thermique de la maison ou de la toiture. Ainsi l’humidité de la maison ne pénètrera pas l’isolant et les matériaux avoisinants. On vante souvent les mérites du polystyrène extrudé comme n’ayant pas besoin de pare-vapeur. Toutefois les joints sont rarement scellés, affectant leur étanchéité. Donc même pour ce type d’isolant, un pare-vapeur est de mise. Le pare-vapeur se retrouve soit en papier kraft revêtu d’une feuille d’aluminium ou en Polyéthylène de 0,15 mm d’épaisseur avec des joints étanches.

Isolation des combles

Sachant que l’air chaud est ascendant, la plus grande perte d’énergie dans une maison s’effectue par le toit et il est essentiel de l’isoler adéquatement. Les multiples ouvertures et fissures sont responsables des pertes thermiques considérables sans oublier que ces fuites d’air engendrent de sérieux problèmes d’humidité. Toutefois avant de vous lancer corps et âme dans l’isolation de la toiture, il faut déterminer vos besoins en fonction des combles : sont ils habitables ou non ?

  • Pour les combles habités, l’isolant peut être placé sous la toiture. On emploiera des panneaux ou l’isolant en nattes. L’isolant pourra être disposé entre les chevrons ou sous les chevrons.
  • Pour les combles non-habités et non-accessibles, l’isolant peut être placé sous le plafond.
  • Pour les combles non-habités mais accessibles, l’isolant peut être placé sur le plancher des combles. On utilisera alors de la laine surtout si la toiture est très ventilée. L’utilisation de flocons serait à déconseiller dans un tel cas, car l’isolant pourrait se déplacer.

Isolation phonique

Le bruit est une des pollutions les plus nuisantes et nuisibles. Les sources sont autant multiples que variées : le bruit des avions et des trains, la circulation routière, les trams, les motos, les sirènes, les bruits de voisinage, les animaux domestiques, les écoles, la musique des voisins, les discothèques, les parkings, les chantiers de construction, les entreprises industrielles. Le bruit est une des principales sources de plaintes entre voisins. Cette pollution sonore peut être passagère ou permanente, nocturne ou diurne. De plus elle peut provoquer de graves répercussions sur la santé et la qualité de vie, et générer de sérieux problèmes de santé comme le stress, l’insomnie et autres troubles du sommeil les troubles de l'appétit, l'hypertension, l’irritabilité, la dépression, voire même la surdité,

L’isolation phonique ou isolation acoustique, permet d’éviter la propagation du bruit et de protéger votre maison des nuisances reliées aux bruits. En atténuant ou éliminant les problèmes de pollution sonore, vous améliorez le confort de votre habitation. S’il est vrai que la plus grosse perte de chaleur s’effectue par le toit, il en est de même pour le son. Une toiture non-isolée, ou inadéquatement isolée contribuera à vous rendre la vie difficile.

Sachant que le son est une vibration transmise par l’air, il en résulte que toute infiltration d’air transmettra également le son. Pour réduire la transmission du son par la toiture, il importe d’utiliser les bons produits d’absorption et de s’assurer de l’étanchéité. En général, les matériaux lourds entravent beaucoup plus la propagation du son que les matériaux légers. La plupart des isolants thermiques contribuent à la réduction de la transmission du bruit, à condition toutefois qu’ils ne constituent pas un pont phonique. Il faut également s’assurer que la jonction du plafond et des murs est bien scellée pour éviter toute fuite sonore.

La laine de verre ou de roche permet une bonne isolation acoustique et son poids léger permet de ne pas avoir à renforcer la structure du toit pour sa pose. Dans le cas de matériaux plus lourds, il faut d’abord vérifier la solidité de la structure existante. Il faudra aussi s’assurer du bon état général de la toiture en particulier qu’il n’y a aucun problème d’humidité et de ventilation.

Des produits spécialisés, tels que les panneaux acoustiques Sonopan sont légers, ne s’affaissent pas et sont faciles d’installation.